Podcast n°2

Bonjour mes poussins,

Je vous propose une nouvelle petite vidéo ! C’est que je commence à y prendre goût héhéhé.

J’espère que vous aurez autant de plaisir à la regarder que j’ai eu à la tourner 🙂

Les références:

laine Paint Katia avec le tuto gratuit du châle

Le grand livre du DIY

Bohème chic: les bijoux de l’été et le blog de Rose Moustache.

260 motifs inédits en tricot

 

9 idées à faire avec de la Chunky wool

Mes pioupious,

 

Vous le savez peut-être, j’ai craqué récemment sur une pelote de « chunky » laine (c’est comme les pépites de chocolat) de la marque Maille Name is.

Etant donné que le prix de cette laine est proportionnel à sa taille je n’en ai pris qu’une seule pelote. Je vais être limitée en création c’est sûr mais je tente quand même (j’ai ma petite idée sur ce que je vais en faire). En attendant, j’ai fouiné pour trouver des choses à faire avec (pas trop) de grosse laine et qui ne soient pas des énormes couvertures qui coûtent deux bras (et qui me font presque peur en fait tellement c’est géant). C’est parti !

Des coussins

Source
Source

 

Des poufs

Source
Source

 

Des paniers (à chat ou pas)

Source
Source

 

Des tissages

Source
Source

 

Des tabourets

Source

 

Ou des galettes de chaises

Source

 

Des dessous de plat

Source

 

Des pochettes

Source

 

Des colliers

Source

 

Voilà, j’espère que cette sélection vous aura inspiré.

A bientôt !

 

****

Welcome Back !

Bonjour mes pioupious !

Me voilà de nouveau, les mains au clavier et le pied sur la pédale de la MAC.

Qui dit reprise, dit un peu de nouveauté. Dix ans après tout le monde, je me lance sur WordPress. Je me sentais un peu restreinte pas Blogspot, qui certes faisait bien son boulot mais avec lequel on tournait vite en rond.

Un peu de fraîcheur ne fait pas de mal, ça m’a boosté de devoir presque tout recommencer (je dois d’ailleurs un grand merci à Zhom qui a sué sang et eau pour la mise en ligne du bouzin).

Le site est amené à évoluer au fur et à mesure de mes progrès dans la maîtrise de WordPress (cochonnerie de Port 80 !) et j’espère que vous prendrez autant de plaisir que moi à surfer.

Pour mon retour dans le saint-Graal de la blogo, quoi de mieux qu’un petit Liebster Award ?

J’ai été nominée par Our Little Kosmos, un blog tout frais en devenir 🙂

Je vous épargne les 11 choses sur moi, sinon, je n’aurai plus rien à dire.

1) Qu’est-ce que tu attends d’un blog ?

Qu’il me donne envie de rajouter pleiiiiin de choses à faire sur ma liste de DIY longue comme un Paris-Marseilles. Que je me sente moins seule à voir qu’il y en a d’autres qui galèrent ou qui au contraire s’en sortent bien (je parle en général hein). J’espère continuer à rencontrer plein de blogueuses supers sympas (jeté de licornes et paillettes).

2) Comment t’es tu lancée dans l’aventure du blog ?

Un peu par hasard en fait. Tout comme j’ai commencé la couture. Au début je postais mes bidouilles sur mon compte fessebouc et je me suis dit que ça saoulerait peut-être moins mes amis si je créais un blog dédié. Et voilà !

3) Quel est ton livre préféré ?

Jane Eyre forever. Je le relis au moins une fois par an.

4) Quelle musique te donne envie de te lever le matin ?

Je n’écoute pas la musique le matin (et non, la douce mélodie des appels de mes gnomes ne compte pas), je trouve ça trop agressif. En revanche, j’adore écouter les infos.

5) Termine cette phrase : « Plus tard je rêverais de… » ?

Je ne sais pas. D’être bien dans ma vie ?

6) Un petit bonheur simple de la vie de tous les jours ?

Boire mon thé le matin, en surfant ou en écoutant les infos. Encore mieux, sur ma terrasse l’été.

7) Quelle est ta couleur préférée ?

Sans hésitation, et je crois que mes collègues doivent le savoir, le bleu ! Turquoise, canard, marine, roi…Ça marche avec toute la palette.

8) Termine cette phrase : « Si j’avais une baguette magique je… » ?

« …et un monde en paix ! » (Miss Detective, 2000)

9) Qu’est-ce qui efface en un instant tous les maux d’une journée ?

M’affaler dans le canapé, une fois tout le monde couché. Ou une bonne douche bien chaude (ça j’aime !)

10) Qu’est-ce qui te passionne ?

Je n’ai pas vraiment de passion. Mais j’aime beaucoup de choses. En fait, j’ai toujours envie de commencer des nouveaux trucs mais je les termine rarement. Le grand drame de ma vie.

11) Quel est le dernier film qui t’a touché ?

Un quoi ? Un film ? Pas vu depuis 2009.

Aller, chacun son tour, je nomine du monde, participe qui veut !! (jeu sans aucune obligation d’achat).

La Baleine bleue

Les Bobines d’Elo

Clochette et Cie

Culture Couture

Gaïus est un âne

Les Heures Envolées

Mitch a un toît

Mamzellepiquécoud

Mes questions sont:

Quel est ton plus grand talent caché ?

Est-ce qu’il y a quelque chose que tu aimerait apprendre en particulier ?

Question pognon: quel serait ton prochain achat pour tes bidouilles ?

Plutôt fourmi ou plutôt cigale ?

Du sport ou du réconfort ?

Des projets pour cette année ?

Où seront tes prochaines vacances ?

Quels réseaux sociaux utilisent-tu le plus (c’est pour que tes fans puissent te suivre 🙂 )

Un rêve d’enfant que tu as réalisé ?

Un resto préféré ?

As-tu déjà rencontré d’autres blogueuses ?

Voilàààààà.

Pour conclure, me voilà repartie pour un tour. J’espère pouvoir être constante et productive (vaines promesses ahahah). En attendant, vous pouvez d’aller jeter un oeil sur l’autre Chat qui Guette….

A bientôt !

Le point sur ma surjeteuse

Comme promis depuis un moment, je m’en viens vous parler de ma surjeteuse.

Et d’abord, pourquoi une surjeteuse ?
La surjeteuse ne remplace bien sûr pas une MAC mais elle permet de faire de jolies finitions bien propres au look « professionnel » ou « made in china » quoi. Elle assemble et surfile en même temps (ou juste surfile). C’est un plus qui rend la couture des tissus élastique type jersey très agréable et plus facile a priori. Enfin, quand on sait se servir de la chose…

La bête

Je n’avais pas en projet d’acheter une surjeteuse, du moins pas dans l’immédiat mais lors d’un vide-grenier, j’ai stoppé net devant un stand où trônait celle qui allait devenir MA surjeteuse.
Il s’agit du fameux modèle vendu chez Lidl autour des 140 euros. C’est une machine premier prix et d’entrée de gamme, pas forcément ce que j’aurais choisi mais l’occasion était trop belle.
La vendeuse m’a affirmé que celle-ci était neuve et que c’était un doublon (quelle veinarde !). Pipeau ou pas, la machine était clean. Je l’ai négocié à 90 euros ce qui je trouve, est plutôt une bonne affaire.

Je suis donc rentrée avec mon carton sous le bras et voilà.

La surjeteuse au début ça fait un peu peur. Quatre fils quoi ! Ça déconne plus ! La bidouille, ça ne marche pas trop avec ces bêtes-là.
J’ai mis plusieurs mois avant de me lancer vraiment, mis à part un ou deux essais avec les fils qui étaient déjà installés.

J’ai tout d’abord lu très attentivement et entièrement la notice de la machine. Bon, je ne fus pas plus avancée mais au moins je savais à quoi correspondait chaque bitonio.
Ensuite, j’ai suivi ce tuto pour bien comprendre l’enfilage des fils ce qui fait que je maîtrise parfaitement cette partie désormais.

J’ai continué sur ma lancée et j’ai cousu des petites bidouilles avec des résultats plus ou moins heureux et des finitions plus ou moins propres.
Car la surjeteuse est capricieuse et chaque tissu demande un réglage particulier.
J’ai parcouru beaucoup de blogs, me suis souvent arrachée les cheveux, j’ai rêvée devant les talents de certaines, comme Christelle Coud ou Les Toiles Filantes. Pourquoi elles et pas moooooiiii !!! Gnnnnn.
Bref, je m’en sortais mais je n’étais pas satisfaite. 

Au bout de plusieurs mois, j’ai décidé de prendre un cours de prise en main de la surjeteuse car j’en avais ras la casquette de foirer mes finitions. Je voulais du clean, du propre, du « qui fait vrai » quoi.

Le mois dernier, c’est donc chargée de ma surjeteuse que je me suis rendu chez Christelle Beneytout de Christelle Coud pour un cours presque particulier avec 4 autres participantes.

Ce fut un après-midi bien rempli durant lequel j’ai appris beaucoup de petites astuces et compris certaines de mes erreurs. J’ai noté pas mal de conseils pratiques, genre:
– tu n’es pas obligé de te ruiner dans l’achat de 4 cônes de fil de la même couleur. Des bobines normales peuvent faire l’affaire.
-comment marche le différentiel, le truc barbare qui te permet de faire de jolies coutures qui gondolent pas.
-c’est mieux de commencer sa chaînette de début avec le pied baissé…etc
Bref, je ne suis pas venue pour rien !
Je remercie encore Christelle pour sa gentillesse et son attention.
Ne me reste plus qu’à mettre en pratique ce que j’ai appris et voir ce que ça va donner !

Différentiel en phase de maîtrise.

Pour l’instant, ma surjeteuse Pfaff Lidl me suffit mais je n’exclut pas d’investir dans une surjeteuse de meilleure qualité car j’ai bien vu la différence entre ma machine et celles de certaines plus haut de gamme. Ce sera quand j’aurai plus de place (et des sioux aussi -_-) !

Telle la forêt, je suis néanmoins enchantée de ma surjeteuse. Elle me permet de me lancer dans des projets un peu plus audacieux et d’avancer dans ma maîtrise du jersey que j’adoooooore.

N’hésitez pas à me poser des questions si vous avez besoin de plus d’informations !

A suivre…

****