Le cas du gilet Cannelle

Y’a des fois, tu couds un truc et c’est bof. Tu sais que techniquement c’est à chier mais tu ne peux pas t’empêcher de garder ton bouzin parce qu’au fond, tu l’aimes bien et il a un petit truc qui fait que tu le garderas pour le porter chez toi, discrètos, avec ce petit mélange de fierté et de honte..

C’est le cas avec mon crash-test du gilet Cannelle. Bourré d’erreurs, pas jojo du tout et pourtant je le porte avec plaisir chez moi (ou pas). Et comme j’apprends toujours de mes erreurs, je me suis dit qu’il n’y aurait pas de mal à en faire profiter les autres.

Tout a commencé avec ce coupon de maille tricotée, coup de coeur acheté à Mondial Tissu. J’ai craqué pour sa couleur gris-bleu, un peu orage et sa douceur, son moelleux (trop justement).
J’ai cherché longtemps un patron qui pourrait convenir à cette matière très souple. Et quand je suis tombée sur le Gilet Canelle de Christelle Beneytout, j’ai dit « Banco ».

J’ai sorti ma surjeteuse et c’était parti.
Techniquement, ce patron ne comporte pas de difficultés particulières. Les explications de Christelle sont très claires (quoique j’ai eu quelques moments de flottements au moment du montage du col) et en cas de doute, vous trouverez plusieurs tutos pour vous aider.

Clairement, ce qui m’a posé problème, c’est la maille. Je pense que c’est une matière qui nécessite des compétences que je ne maîtrise pas encore complètement et qu’il faut manier avec douceur.
J’ai eu beau faire de nombreux test à la surjeteuse sur des chutes, une fois lancée, ça a été une autre paire de manches !
La maille tricotée se détend vraiment beaucoup et a tendance à s’échapper malgré un épinglage massif. Il faut aussi faire très attention à ne pas trop tendre la matière pendant la couture, sinon gare à la gondole !
Enfin, Christelle nous propose de faire des ourlets roulottés. Après avoir prudemment fait des essais, j’ai préféré coudre les ourlets à l’aiguille double ce qui m’a sauvée d’un gondolage de haut niveau (c’est toujours ça d’évité ^^).
Conclusion: je pense très sérieusement à prendre un ou deux petits cours pour apprendre à vraiment maîtriser ma surjeteuse.

Le patron du gilet Cannelle est malgré tout très chouette et tout à fait acessible. J’aime ce large col et le tombé des pans sur les côtés.

Points positifs:
J’aime la couleur de mon gilet, son col.
Il est doux et confortable.
La longueur est sympa et je me tâte très sérieusement pour le refaire dans une matière moins fluide (un bon jersey ou un joli lainage) et peut-être un peu plus court.
En tout cas, il est déclinable dans de nombreuses versions !

Points négatifs
Ça saute aux yeux, ça gondole. Et c’est dommage. Mais c’est comme ça !
J’ai très honte de mes coutures surjetées fort laides alors que je commençais à bien les maîtriser. Je songe à poser un biais pour les cacher.
Enfin, j’ai coupé un 40 alors que j’aurais visiblement pu me permettre un 38. Ami des épaulettes des années 80…

Il faut vraiment que j’aille chez le coiffeur…

 

 Je l’ai porté au boulot. Je n’ai pas eu de remarques négatives.
C’est donc que soit mes collègues sont des grosses faux-cul, soit c’est
que ça passe…
Z’en pensez quoi ?

A suivre…

****

Mon Confortable à paillettes

On a du pot, pour l’instant, l’hiver est plutôt clément (ami skieur, ne soit pas trop déçu).
Ça tombe bien car je viens de finir de me coudre une petite chose plutôt bien sympa à porter avec ces températures.
Vous aurez remarquer que je n’ai pas pour habitude de coudre des « hits » de la blogosphère (suivez mon regard) (Dear and Doe et Co pour ceux qui louchent) (bon je ne vous cache pas que je viens de télécharger le « Plantain » de D&D, je ne sais pas encore si je vais m’en servir) (je suis faible oui) (ok j’abuse des parenthèses…).
C’est bête et méchant mais plus je vois ces modèles et moins j’ai envie de les faire. C’est plus fort que moi.

J’ai de plus un style plutôt classique (voire « no look »), et
vu que je suis une cycliste assidue, il me faut des fringues qui soient
confortables et pratiques pour pédaler. Adieu les jolies petites robes
mignonnettes.
Mais ça tombe bien, MLM Patrons propose un modèle fort séduisant qui remplit pile les critères: le Confortable.
Je l’ai repéré chez La Cabane d’Elilou et j’ai beaucoup aimé les versions tuniques qu’elle en a fait.
J’ai donc fini par craquer (y’a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis). Pour cette fois ?

Concernant le cahier des charges, pour cette version crash-test, j’ai coupé un 40 sans marges de couture mais j’ai suivi les conseils de Caroline et j’ai enlevé 1,5 cm sur le milieu dos et devant pour en faire un t-shirt.
 J’ai utilisé un coupon de jersey noir pailleté de chez Tissu Mytrille et qui m’a fait de l’oeil dès que je l’ai vu.

J’ai monté le tout à la surjeteuse et j’ai fait mes ourlets des manches et du bas à l’aiguille double.
J’ai eu un petit souci avec mon biais d’encolure qui était un peu trop épais et qui du coup fait un peu gondoler le col. Evidement,  je ne vois que ça même si je pense que dans l’ensemble, ça passe.

Résultat un petit haut très agréable à porter et qui tombe pile-poil (encore que pour le prochain je rajouterai quelques centimètres de longueur-bonus).
Ok, c’est noir, c’est pas hyper original mais j’aime bien les paillettes qui brillent et qui rajoutent quand même un peu de fantaisie.
Porté au boulot et validé ! Youhou !

Oui, mon hobby, c’est de regarder dans le vague, au loin.

A suivre…

****

Welcome baby #2

Et voilà 2015 !
Je vous souhaite à tous une belle année (créative pour ma part j’espère) remplie de beaux projets.

Je suis heureuse que cette année commence malgré tout par d’heureux moments avec pas mal de naissances prévues autour de moi (big up à ma coupine Les Bobines d’Elo).

 Et ça commence avec un petit loulou qui prend bien son temps et qui devrait pointer son nez d’ici la fin de la semaine.
 Pour lui, j’ai prévu un petite tenue qu’il pourra mettre dès la maternité ou presque.

Je voulais absolument faire une petite brassière au crochet. J’ai finalement trouvé un joli modèle tout simple chez Le petit coin de Claire . C’est un gilet qui se crochète en une seule fois, sans couture et qui est adaptable dans toutes les tailles (pour peu qu’on réfléchisse un peu). Pour cette version, j’ai fait du 1-3 mois. C’est tout petit !
J’ai vraiment adoré crocheter cette brassière. C’est trop choupi. j’ai choisi une laine spéciale en bambou (dont je n’ai plus la référence exacte hélas) car la maman est très branchée bio. Autant lui faire plaisir ^^ Les boutons viennent de chez Frou-Frou à Paris.

Et pour compléter le tout, j’ai cousu un petit legging en taille 6 mois d’après un patron de Spit Up & Stilettos. J’en ai profité pour me rôder un peu plus sur ma surjeteuse que je commence un peu à maitriser même si tout n’est pas parfait. En tout cas, c’est un modèle très facile à coudre.
Le tissu est un reste de jersey que j’avais acheté dans une mercerie à  Saintes.

Enfin, voilà, j’ai trouvé ça trop choupi de coudre des petits trucs pour bébé, ça faisait longtemps.

Je vous bécote bien fort les doudous.

A suivre…

****