Revue de presse

J’ai cette chance au boulot d’avoir beaucoup de livres qui me passent entre les mains (en même temps, le contraire serait inquiétant…).
Je me suis dit que ça pourrait être sympa de vous présenter les derniers que j’ai repéré.
Vous me pardonnerez la médiocrité des photos, la luminosité et les conditions de prise n’étant pas top moumoute.

C’est parti !

On commence avec le Couture Vintage d’Annabel Benilan.

Alors là on est carrément old school mais j’avoue que j’ai beaucoup aimé ce petit livre qui sent bon le vintage. On retrouve tous les classiques de la garde-robe des années 50-60 et il y a de quoi se faire plaisir.

Les explications sont simples et succintes mais il y a des schémas qui illustrent bien les propos.
Je pense qu’il faut quand même avoir de bonnes bases en couture pour s’y mettre mais les modèles sont abordables et ne présentent pas de grosses difficultés.

Bémol, les patrons ne sont qu’en trois tailles: 36/38 – 38/40 et 40/42. Dommage.

 Pour celles qui aiment la récup, je vous propose 100% Jean de Céline Dupuy alias Mademoiselle Kou.

Ce n’est pas ma tasse de thé mais il y a de bonnes idées de customisation avec du jean. Les photos sont jolies, ce qui ne gâche rien. Il y a de petits accessoires très sympas.

On passe au crochet avec mon chouchou du moment, Je débute au crochet et me perfectionne sponsorisé par Phildar.
Avec en couverture, une jolie blonde qui visiblement n’a jamais touché un crochet de sa vie huhuhu.

Beaucoup de jolis modèles tout à fait accessibles pour une débutante (maîtrisant quand même les points de base). Coup de coeur pour le gros cabas en laine.

Il propose aussi des vêtements (gilets, pulls, robes) pour les femmes et les enfants ainsi que des accessoires. Ma to-do list s’est encore allongée !

Pour finir, un petit bouquin qui ne paye pas de mine mais que j’ai beaucoup aimé parcourir: Points de Couture de Nicole Vasbinder chez Marabout

C’est bête mais j’ai trouvé ce petit mémo très utile et il m’a permis de me remettre les idées au clair concernant tous les points de ma MAC.
Chaque page présente un point spécifique, son symbole, son utilisation et les tissus conseillés.

Il y aussi des astuces couture et des explications sur quelques techniques de base.
Simple et concis !

Voilà pour mes dernières lectures. j’ajoute aussi que j’ai eu l’occasion de feuilleter le fameux Grain de couture- Hommes et Femmes d’Ivanne Soufflet mais sincèrement, je n’en ai pas vraiment apprécié les modèles (à part une chemise et un manteau). Je ne m’étalerai donc pas dessus.

Si vous avez des suggestions concernant d’autres livres (que ce soit couture, crochet, tricot), n’hésitez pas !!

****

Mon bonnet avec Capt’ain Crochet

Tout est parti d’une boutade quand j’ai proposé à la fantastique Fanny dite La Morue qui s’émerveillait de mes « talents » (morue et naïve, on n’est pas rendu !), de lui faire un bonnet au crochet.
Pétard ! Q’est-ce que je n’avais pas dit ! Elle m’a pris au mot et a exigé du bleu-marine sans vouloir trop me commander huhuhu.

Bon, coup de bol, j’avais parcouru tout le blog de All about Ami et j’avais déjà repéré son bonnet au point câble.

Hopolà ! C’est parti !

3 pelotes de fil de coton de chez Phildar, un croche de 6 et roule ma poule.

Le point câble a l’air compliqué à vue de nez et pas du tout. Il est répétitif et une fois qu’on a bien compris les nuances entre les rangs, il ne pose aucun problème. A la limite, ce que j’ai trouvé le plus chiant c’est de crocheter la bordure du bonnet. Interminable…
Le corps du bonnet est vite monté !
J’ai fait un pompon en laine jaune fluo pour qu’on ne perde pas Fanny dans le noir ^___^

Voilà une photo éclaircie pour bien montrer les torsades

Et en situation ! Je me suis sacrifiée pour la pose.

Alors kest’en pense ?

****

#21 Le Goûter Merveilleux

Encore un qui porte bien son nom !

Je pense que je n’ai pas besoin de présenter le Merveilleux… Depuis qu’une boutique s’est ouverte pas loin du boulot, je dois avouer que je bave devant la vitrine régulièrement. Mais je n’ai pas eu l’occasion d’en acheter pour le moment.

En revanche, mon coeur a fait BOUM quand j’ai vu qu’une collègue fort inspirée avait acheté ce livre.
Je te laisse deviner la suite ahahah !

Alors la recette n’est pas si compliquée mais elle demande un peu de temps car il y a plusieurs étapes.
La meringue, la crème fouettée et les copeaux de chocolat.

Pour la meringue

2 blancs d’oeufs (vieillis sinon mettre une pincée de sel)
70g de sucre en poudre
70g de sucre glace

Battre les blancs en neige bien ferme. Rajouté le sucre en poudre au fur et à mesure de la montée.
Puis, une fois les blancs fermes, rajouter délicatement le sucre glace à la maryse.
Mettre le mélange dans une poche à douille et former 12 disques de 6 cm de diamètre environ.
Faire cuire 45 mn au four (chaleur tournante) à 120°

La crème fouettée

Il n’y avait pas d’indication sur la quantité nécessaire (je n’ai gardé que les premières pages du livre).
J’ai fouetté 30 cl de crème liquide à 30% (je ne pense pas que ce soit suffisant pour monter les 6 merveilleux. Je pense qu’il en faut le double).
Je l’ai sucrée avec 2 sachets de sucre vanillé.
Attention ! Ma crème n’était pas assez ferme et du coup, elle avait tendance à s’écraser un peu lors du montage.

Les copeaux de chocolat
 
Ma méthode de bourrin: faire fondre au MO une tablette de chocolat noire dans une assiette. Puis faire refroidir la chocolat. Ensuite, gratter avec un couteau (genre à beurre c’est plus simple) ou une spatule pour former les copeaux.

Montage

Prendre une meringue, la recouvrir de crème fouettée, poser une deuxième meringue puis recouvrir l’ensemble de crème. Bien lisser à la spatule. Recouvrir de copeaux de chocolat.

Voilàààà.

On peut décliner cette recette de beaucoup de façons: chocolat blanc, garniture de fruits genre framboises, coulis divers…
Le Merveilleux est vraiment merveilleux !

*****

Ma petite robe d’hiver

Voilà un bon moment que je ne m’étais rien cousu pour moi. Il y avait urgence !
Surtout que le patron de cette petite robe attendait depuis très longtemps qu’on veuille bien s’occuper de lui.
C’est ma coupine Mouchine qui m’a parlé de ce patron allemand à petit prix. Je n’ai pas hésité car j’aime beaucoup les encolures cache-coeur (mais ça je crois que tu  le sais déjà) et les tailles empire (c’est pas une nouvelle non plus huhu).

Dès que je l’ai vu, j’ai su que j’allais enfin pouvoir utiliser mon coupon de sweat bleu canard de mon stock. Alors oui, je sais, encore du bleu !! Mais que veux-tu, c’est une couleur qui me va bien au teint, je suis abonnée aux couleurs froides. J’ai décidé de le marier avec un biais de liberty étoile moutarde que j’ai transformé en passepoil.

Aspects techniques

J’ai coupé un 40 avec des marges de couture habituelles de 0,70 mm.
Le patron taille pile poil. Je n’ai fait aucune modification. J’aurais peut être dû rallonger un chouille le bas (2-3cm) mais ça passe.
J’ai coupé une parementure de col pour de meilleures finitions.
Mon passepoil est maison donc et j’ai utilisé des restes de mon jersey moutarde pour faire les bracelets de manches.
Enfin, j’ai découpé des fleurs dans un coupon de liberty (Darcie) puis je les ai cousues au point droit après les avoir thermocollées.
J’ai trouvé le motif dans le livre Impression de motifs sur tissu trouvé au boulot.

 Mon erreur a été de ne pas assez tendre mon sweat quand j’ai posé mon passepoil à la taille. Du coup, l’ensemble n’est pas très « souple » et ne tombe pas extra bien. On voit bien que ça gondole sur les photos. J’ai pris ce risque mais tant pis.

 J’ai essayé de soigner mes finitions au maximum. J’ai surjeté ma parementure et mes bracelets de manches. J’ai préféré utilisé le point de surjet de ma MAC pour surfiler le reste. Ça rend très bien, je suis contente.

Je regrette d’avoir persisté dans la pose de mon passepoil à la taille mais je suis plutôt satisfaite de ma robe qui me va pile poil. Je tenterais bien la version tunique aussi !

A suivre….

J’ai testé pour toi: le salon Créativa

Encore du blabla aujourd’hui ! On ne m’arrête plus huhuhu.
Accroche-toi bien à l’élastique de ton slip, je m’en vais te conter ma visite au Salon Créativa.

Incroyable mais vrai, je n’y avais jamais mis les pieds en 2 ans et demi de carrière. Etant légèrement phobique de la foule et ne pouvant me libérer en semaine, je n’avais jamais eu le courage (soyons franc hein) d’y aller.
Bien heureusement, ma super coupine Mouchine a su me mettre un gros coup de pied au cul et c’est avec sa Clochette (qui a été a-do-ra-ble pendant tout le sus-nommé salon) qu’on s’y est rendu bras dessus bras dessous. On a laissé Super G à la maison pour cause de convalescence de scarlatine (ah-ah-ah je t’ai dit que ma vie n’était que poisse dernièrement ?).

Bon alors, on arrive, oui en effet, il y a du monde. De la mamie surtout, et en bande s’il te plaît !
Mais du coup en immersion ça passe. Nous avons quand même plutôt bien circulé malgré la poussette. Bien sûr certains stands étaient plus pris d’assaut que d’autres mais ça ne nous à pas dérangées. On était quand même là plus pour regarder que pour claquer.

Mais où est Charlie ?

On a fait le tour des coins consacrés à la cuisine.
Il y a beaucoup de jolis stands. Ça a été un plaisir de voir les magnifiques créations des deux gars de Un jeu d’enfant (heureusement que c’était écrit « ne pas toucher » sur les gâteaux, c’était trop tentant). Bon après, la pâtisserie n’étant pas tout à fait notre dada…on n’a fait que passer ^^


Il y avait aussi deux expositions. Une consacrée au patchwork/quilting. Je n’y suis pas très sensible habituellement mais là, je dois reconnaître que ces pièces se rapprochaient vraiment de l’oeuvre d’art et on ne peut être qu’admiratif de la patience et de la minutie nécessaires.


Belle expo de robes papiers fabuleuses, là aussi, un art dont je n’avais pas soupçonné toutes les possibilités. Elles ont été créées pour le Concours international des robes de papiers (voui Madame, ça existe).

Et puis on en arrive enfin au rayon qui nous intéresse…

Alors, soyons honnêtes, oui ça ressemble à un supermarché géant de fournitures en mercerie et autres créations en laine, scrap et tissus.

Mais c’est quand même un vrai plaisir pour les yeux de pouvoir admirer TOUT ce matos réuni en un seul lieu. Ça fait un petit peu baver rêver.

Y’a un commercial de chez Singer qui a essayé de me vendre une machine à « juste » 1700 boules. Mouahahah ! Bien tenté mon gars ! Ceci dit c’était une très belle machine. Dont je n’aurais pas exploité 1/3 des possibilités.

Bref, mis à part, le côté « money-money » de la chose, j’ai quand même fait de jolies découvertes comme Bibop et Lula (cf photo ci-dessous) ou encore Nos petits doigts qui ont su attirer mon attention malgré les incontournables Burda et autre Déco Avenue.

Je ne sais pas si j’irai tous les ans mais j’ai trouvé que c’était une bonne expérience et ça m’a donné de nouvelles idées (ma to-do list va exploser !).
Notre visite fut malheureusement terni par l’intervention de Vieille Peau qui si elle pouvait nous « donner un conseil, il y a un parc juste à côté si vous voulez sortir avec votre enfant ». Whaaaat ? Tout ça parce que la chouquette de Mouchine chouinait un petit coup pour cause d’heure de la sieste largement dépassée…Bordel, on ne faisait rien de mal dans notre coin mais il faut toujours qu’il y en ait pour s’occuper d’autre chose que de leur cul.
Passons…Les mémés se sont bien rattrapées puisque j’ai surpris plusieurs regards ou commentaires élogieux sur mon siouper sac en sashiko (minute fierté personnelle).

Je fus forte, j’ai été plutôt raisonnable question craquage…

Voili voilou, tu sais tout !! Ça te donne envie ?

Le goûter du dimanche #20 Tarte simplissime poire-noisette

Je crois qu’on peut dire que l’automne est enfin en train d’arriver…
On a le droit à du temps pourri cet aprem, un bon prétexte pour déguster un délicieux gouter à l’heure du tea time !

Aujourd’hui je vous propose la recette ultra-simple de ma collègue Céline qui m’a gentiment filé ce bon plan gourmand.

Il vous faut:
– un fond de tarte
– 3 oeufs
– 60g de poudre de noisette
– 80g de sucre
– 20cl de crème fraîche épaisse (j’ai mis de la 15%)
– 5 poires (au sirop ou non)

Pour la pâte à tarte, je fais toujours la même recette à savoir moitié moins de beurre que de farine, ce qui donne grosso modo 150g de beurre ramolli mélangé avec oeuf, on ajoute 300g de farine et 30g de sucre (j’ai mis de la vergeoise pour cette fois). On pétrit le tout (et on peut rajouter une larme de lait tiédi si besoin).

Ensuite, mélanger dans un bol les oeufs, le sucre, la poudre de noisette et la crème fraîche. Verser l’appareil sur le fond de tarte. Déposer dessus les 5 poires coupées en 2 et en fines lamelles. Badigeonner de miel ou de sirop d’érable.
Faire cuire 25mn à 180°. Laisser refroidir avant de déguster.

Cette tarte est encore meilleure le lendemain !!

Alors, tenté ?