Robe cocoon

Aaaaaaah (c’est le genre de aaaah qu’on fait lorsque la lumière se rallume après une panne d’électricité). Ça faisait longtemps que je n’avais rien cousu pour ma propre personne. Et ça y est, je me suis fait plaisir. Rien de transcendant mais je sens que c’est une robe que je vais porter tout l’hiver.

Alors que je me caillais, je me suis dit que je me ferais bien une robe en sweat. Je voulais quelque chose de confortable et de chaud mais qui fasse quand même pas jogging du dimanche. Tu sais, ton jogging doudou que tu mets pour glander et qu’après tu regrettes à mort quand ça sonne à ta porte.
 Du coup, j’ai tout fait très vite tant que l’idée était encore fraîche (et que j’étais motivée).

Mardi, expédition avec Super G à Tissu Myrtille pour trouver du sweat. Ils n’avaient le choix qu’entre du bleu moche et du gris moche. Et comme je choisis toujours le bleu, j’ai décidé de changer et de prendre le gris. Je passe sur l’épisode de grosse flippe où j’ai cru avoir paumé mon portefeuille alors qu’il était resté dans la voiture (enfin j’ai eu moyen peur hein parce que ça m’arrive tout le temps). Call me « la blonde ».

Et hop, dans la foulée, traçage, découpage, cousage. Patron maison selon l’inspiration. J’ai ajouté des touches de rouge avec du sweat rouge de mon stock pour éviter de déprimer en me voyant dans la glace. Ce ne sont pas des poches, j’ai eu la flemme.
J’aimais beaucoup la coupe de cette robe mais je la trouvais un peu tristoune quand même.

Du coup, j’ai refait des manches rouges et rajouté de la déco appliquée. Et voilà le résultat !

Je ne suis pas trop mécontente sur le coup (pour une fois !). Ce sont des couleurs que je ne porte pas souvent mais c’est sympa de changer. Le tissu était très facile à coudre et à un côté « tennis » qui habille un peu l’ensemble.

Voilà, tu sais tout !

A suivre…

Tablette au chaud…

…geek au repos.
C’est Zhom qui m’a donné l’idée de faire cette bricole. En bon geek qui se respecte Môsieur a donc craqué sur ze gadget aïtek à la mode: une tablette. Note que l’investissement vaut hyper le coup puisque qu’elle  ne sert qu’aux parties de Candy crush de Zhom ainsi qu’à l’utilisation vespérale de l’appli des programmes télés.
Sans commentaires.

Mais bon, comme elle se caillait un peu les miches la tablette, je lui ai fait une petite housse rembourrée sur mesure. Et sur mesure, on peut le dire puisque je me suis un peu craquée sur les marges de couture et du coup, ça rentre juste juste. Genre, faut pas qu’elle prenne un gramme la tablette. Mais comme dirait Gad Elmaleh « ça passe ».

Je me suis hachement appliquée sur la doublure et du coup, on ne voit pas du tout de coutures à l’intérieur et j’ai fait hyper gaffe à la fermeture éclair. A part ça, ce n’est pas super droit et on ne regardera pas de trop près les finitions du zip, comme d’hab.

J’ai testé pour toi…

…le Mug cake !

Oui, j’arrive hyper tard car ça fait un moment que les mug cakes sont à la mode. J’y peux rien, plus c’est tendance moins ça me tente (call me « psychologie inversée »). J’avais en plus déjà testé la cuisson de gâteau au four micro-onde il y a quelques années déjà et je n’avais pas été du tout convaincue. Texture bof, goût moyen. Faut dire que c’était un livre de cuisine en japonais et que même s’ils te mettent pleins de petits dessins partout pour t’esspliquer, c’est un peu normal que je me sois plantée.

Or donc, j’ai eu une envie de faire un petit dessert rapide un soir avec Zhom. Et je ne sais pas pourquoi l’idée m’est venue de faire un mug cake. P’têt bien que je n’avais pas envie d’attendre 20 mn de cuisson plus le temps que ça refroidisse. Il était tard quoi.
J’ai pris la première recette trouvée sur mon ami gogole et roule ma poule. J’ai un peu fait à ma sauce mais j’ai respecté l’idée et j’ai fait 2 mug avec la recette, pas un.

Verdict, ça déchire sa race ! Le rapport temps/goût est imbattable et ça se laisse manger sans discuter. Bien sûr, ça ne vaudra jamais un vrai coulant/fondant au chocolat mais franchement ça vaut le coup pour de la dernière minute.

Je te laisse déguster…avec les yeux !

A suivre…

Perles du boulot

Moi qui m’était promis de ne pas laisser pourrir ce blog par ma maternitude, c’est râpé. Il faut dire que Super G est quand même assez attachiant en ce moment.

Certes, ce n’est de sa faute. La saison des maladies a commencé et il a décidé de toutes nous les faire en même temps (en plus des dents, give me five..euh two !). Notre salle de bain ressemble désormais à  celle d’un p’tit vieux (véridique, l’autre jour j’ai poireauté 20 mn à la pharmacie alors qu’une mémé repartait avec l’équivalent d’un sac Leclerc et ses 5 ordonnances sous le bras tout s’exclamant: « C’est magnifique, tout est remboursé ! ». Je la soupçonne de dealer avec ses copines au club de bridge).

C’est simple, avant, il n’y avait même pas d’étagère.
Je note aussi qu’il a passé la semaine à se réveiller  6h à faire des siestes de 3h chez la nounou et qu’il nous fait l’honneur, en ce weekend de trois jours de ne pas vouloir en faire. Les enfants sont formidables.

Bref, en attendant, j’ai décidé de te faire une petite compile des perles entendu quotidiennement au boulot. Joie de travailler au public. Heureusement, dans la majorité des cas, les gens sont plutôt sympas. Après, il suffit d’un vieux con pour te gâcher ta journée…

– Vous avez le dernier Marc Lévy/ Anna Gavalda/ Amélie Nothomb ?
Heureusement que ces 3 là sont prolifiques, ça permet de contenter tout le monde.

– Je cherche un polar. Je ne me rappelle plus le titre, ni l’auteur mais la couverture est noire.

– J’ai une réservation d’arrivée mais ma carte est pleine, je peux la prendre quand même ?
Non.
– Administration de merde !

– Désolé, je rend mes bouquins en retard (Ndla: de 3mois) mais vous comprenez, j’étais pas chez moi, j’étais à l’étranger/à l’hôpital/ dans une autre dimension.

Quelqu’un me rend un bouquin dégueulasse ou complètement trempé:
– C’est pas moi, je l’ai emprunté comme ça !
Mais bien sûr…

– Encore une grève ? Vous, les fonctionnaires, vous ne faites que ça !
J’aurais aussi dû faire grève, comme ça, je ne t’aurais pas entendue gros naze.

– C’est bien comme boulot, hein, vous avez le temps de lire !
Ouaip, et je ne travaille que quand la blibliouthèque est ouverte.

– Bonjour, on a le droit de venir juste pour lire sur place ?
Naaan, tu fais pas parti du club, hinhinhin.

-J’inscris un gars pour qu’il puisse faire internet. Habituellement, on forme leur login avec les 3 premières lettres de leur nom puis de leur prénom. Sauf que pour lui, ça donnait….Fecale.
J’ai ris toute seule. Je décide de rajouter une lettre pour pas le vexer. Encore pire, ça a donné: Fecalex. On aurait dit un médicament contre la constipation.Vas-y, essaye de ne pas te fendre la poire devant le gars.

Et on n’oublie Jojo le clodo qui se fout à poil dans les toilettes publiques, le pétoux de service qui lâche des caisses en passant devant toi, le taré qui « crache sur les femmes, vous êtes des créatures du diable », Marco le travesti qui s’assume pas trotrop…
Voilà un petit aperçu de mon quotidien. Les perms au public, c’est comme une boîte de chocolat quoi.
Aller, à une prochaine !

A suivre…