Pochette Dressing Chic

Toujours pas d’été en vue mais n’empêche que la saison des mariages a commencé (comme les soldes…).
Je suis donc de mariage la semaine prochaine. Pas n’importe lequel, hein ! Celui de mon frérot héhé. Même que je suis témoin. C’te classe.

Problème, ça fait une éternité que je ne suis pas allée à un mariage et donc rien à me mettre. Or, en qualité de témoin ET de soeur du marié, je me devais d’être nickel, histoire de ne pas ternir l’image de la famille.

Je me suis donc cousue une pitite robe que pour l’instant je ne te montre pas vu que je n’ai pas pris de photos. Ce sera pour la semaine prochaine. Mais comme j’étais bien lancée, je me suis décidée à me faire le haut qui complète la tenue et détail chicos ultime, la pochette classouille qui va bien (nan parce que mon bagage sac à main actuel avec doudou, bib et bavoir inclus, ça fait un peu trop romano pour la mairie).

T’emballe pas, pour ma pochette, je ne suis pas allée chercher très loin. Vas-y que je te ressors Dressing Chic et hop, c’est parti pour THE pochette vue partout ailleurs.

J’avais un très chouette coupon de simili de très bonne qualité acheté il y a une éternité et du tissu Baby Dior pile dans le ton que je voulais. Bien évidement, j’ai galéré avec le simili assez épais et ma machine m’a sortie une fois de plus des couture juste immondes. J’arrive à quelque chose qui me permet de glisser discrètement clés de bagnole et papiers d’identité (dès fois que Mr le Maire veuille vérifier que oui, c’est bien moi) mais que je tiendrai bien caché contre moi, pour ne pas montrer les horreurs.

J’ai voulu fermer ma pochette avec un bouton aimanté mais il y a dû avoir un rabais monstrueux car je n’ai pas réussi à en trouver. A la place, j’ai mis une bête pression en résine à la pince Kam. Il a fallu que je renforce aussi pas mal mon tissu de doublure car le Baby Dior, c’est bien mais c’est hyyyyper fin (genre tu t’en fais une robe, t’es toute nue).
De toute façon, cette pochette est prévue pur un usage quasi unique donc comme dirait Gad Elmaleh « ça passe ».

Mais bon, il est clair qu’en ce moment, je ne suis pas du tout satisfaite de ce que je fais. Je fais des erreurs, je bidouille, j’ai honte de mes finitions. Je pense me poser un peu et repartir plus posément car c’est vrai que je ne couds pas super sereinement parfois ou trop dans le speed. Je vais essayer de prendre mon temps et de sortir de jolies choses dont je serai fière. Je veux dire, vraiment.

Je te laisse avec les photos…

 

 

 

 

 

 

A suivre…

Essai couture: les tongues

Me revoilà après une petite pause bien involontaire mais inévitable. Je ne m’étale donc pas sur mon manque de temps qui devient un vrai style de vie ou la météo pourrie du moment qui te donne envie d’être partout ailleurs sauf ici.
J’écris  ce billet alors que les photos de ma dernière cousette ne sont même pas prises et que je n’ai qu’un créneau ce soir entre 17h25 et 17h30 pour les prendre. Je croise les doigts pour qu’un rayon de soleil vienne souligner délicatement mon vernis écaillé et mon poil aux pattes.

Ça faisait un bon moment que j’avais besoin de chaussons vu que les derniers en date sèment des morceaux de semelle dans tout l’appart. Je rêve toujours de me faire des chaussons japonais mais pour l’instant, je me contenterai d’une paire de tong en tissu vues sur Thread and Needles.
Ok, elles ne sont pas nickels.
Il se trouve que j’ai des petits soucis de canette que je n’arrive pas à résoudre et qui me plombent toute envie de coudre vu que tout ce qui en sort est hideux.
Il va vraiment, vraiment falloir que je prenne le temps (doux rêve) de me pencher sur le bouzin pour repartir du bon pied.

Et puis, j’ai aussi un peu galéré car j’ai choisi de faire mes tongues assez épaisses avec une couche de molleton et une de feutrine, le tout recouvert d’une semelle en 100% lin. Donc, qui dit moults épaisseurs, dit galère au compteur. Ne faites donc pas attention aux finitions dégueulasses.
Mais bon, pour ce premier essai, je trouve que ça n’est pas mal et elles sont tout à fait confortables à la maison. De vrais chaussons…mouahahah. Ok, je sors.
Elles sont juste un petit peu étroites mais ce n’est pas gênant.

Donc voilà, c’est reparti, doucement mais sûrement ! J’y crois à mort ^^

(PS: j’ai eu du pot avec le soleil ! J’ai eu le temps de remettre une couche sur mon vernis écaillé et mon poil aux pattes ne se voit pas. Ouf !).

 

A suivre…

Chapeau à fleur

Avec CultureCouture, on a décidé il y a quelques temps maintenant de se lancer un petit défi. Avec l’espoir de faire venir le soleil, on avait choisi de se coudre un petit couvre-chef.
Vu notre manque de temps à chacune, ça a traîné, traîné mais finalement, ce n’est pas plus mal puisque le soleil est enfin là, on peut le sortir, notre bob.

Pour ma part, j’ai choisi un modèle tout bête, inspiré des 10 doigts de Doudi mais que j’ai fini par bricoler à ma sauce puisque rien ne se passait comme prévu.

Parce que oui, une fois de plus, ça n’a pas été de la tarte. Alors ok, je ne suis pas une flèche en géométrie mais bon, j’ai quand même découpé exactement les mêmes cercles alors je voudrais bien qu’on m’explique, pourquoi à la fin, ça ne colle pas. Grrrrrrrr….!! J’ai passé du temps à m’énerver sur des pièce qui n’étaient pas raccord (mais pourquoi ? Comment ? Qui ?) sans compter des soucis de canettes dont je me serais  passée autant qu’un vomito de Super G sur la manche de mon gilet.

Vu que j’ai rapidement senti le plan foireux, mes pièces découpées ont traîné pendant genre 3 semaines dans la corbeille à projets pourris avant que je m’y remette. Je l’ai décousu 2 fois, bidouillé à mort, caché la misère avec une grosse fleur. Tout ça pour obtenir une espèce de pot de chambre ramollo dans lequel je ne peux même pas caler ma grosse tête (du moins pas en entier) !! Oh ohohohoh (jingle Motus).

Je ne te le refile même pas tellement il a une forme bizarre.
Dommage car j’aimais bien le coupon de liberty que j’avais choisi…Mais c’est pô grave, il ira rejoindre le cimetière des choses que je ne mettrai jamais comme celle-ci ou celle-là.
En tout ça fait du bien de tester de nouvelles choses. Et maintenant que j’ai pigé le truc, peut-être que je m’en referai un…Naaaaan, je déconne, j’ai déjà une tonne de chapeaux que je ne mets pas souvent (ben, ouais, ça aplati les cheveux) ahahah !!

Aller, photos, sous le soleil exactement (ou presque) !

 

 

 

 

Je vous invite à aller voir la splendide version de CultureCouture !!

A suivre…

Top Ottobre bicolore

Aaaalléluiaaa ! Hopopop ! Me revoilà repartie sur ma bécane !
Un bon coup de pied dans le derrière…et on se remotive !

Cette semaine, j’ai donc enfin fini le fameux top qui traînait depuis moults jours dans un coin.
Commencé il y a environ 15 jours (avant que mon agenda ne me vomisse dessus la liste des choses à faire), j’ai vraiment traîné alors qu’il était simplissime. C’est un modèle issu du nouveau mag de couture top tendance moumoute du moment » Ottobre ». Faible de personnalité, j’ai donc craqué et acheté le dernier numéro.
Alors OK, les modèles sont sympas et ont l’air plutôt faciles à coudre. Il y en a pour tous les goûts et on trouve quelques bons basiques. La planche de patrons ressemble à un dessin d’enfant de 3 ans à côté de Burdacaca (merci !!!). Mais au prix du canard (presque 10 euros), tu m’excuseras mais ce sera le seul que j’achèterai. Parce que ça fait quand même chéro la page vu l’épaisseur du truc.

Mais c’est sympa de changer de temps en temps.
J’ai donc choisi de faire un top bicolore, ultra-facile et rapide à coudre.
Mis à part les petits contretemps narrés dans les épisodes précédents, c’est fingers in the nose. Tellement in the nose, que quand j’ai enfin passé la seconde pour coudre les deux pauvre biais restant à faire et profitant d’une sieste du pitchou, j’en a cousu un deuxième dis donc ! 45 mn chrono, plus fort que Jack Bauer.
Et comme disait mon grand-père: « Fô pô gâcher » avant de s’enfiler une pomme à moitié pourrie, et ben j’ai réutilisé les 2 même coupons de jersey. Si ça c’est pas de la récup !

Je me retrouve donc avec deux charmants tops bicolores, subtilement différents, tu remarqueras mais forts sympathiques ma foi. Je sens qu’ils vont faire partie de mon top 3 préférés.

Aller photos !

 

 

 

 

 

Détails techniques: taille 40 sans marges de couture, au poil. J’ai rajouté une bande de jersey en bas pour resserrer un peu et que ça fasse plus joli.
En ce moment, je suis sur un gros projet (en plus d’un petit défi qui je dois l’avouer n’avance pas) que j’espère finir à temps !

A suivre…