Recette: cake au carambar

…à manger ! Nanméo, c’est un blog respectable ici !

Alors voici une petite recette pour te donner l’eau à la bouche, que j’espère tu vas aimer.
J’ai testé les mini-cakes aux carambars !
Une tuerie (et ça c’était avant la naissance de la crevette, quand je ne faisais pas la distinction entre mon bide enceinte et la graisse traîtresse accumulée).

J’ai un peu au feeling pour la recette mais heureusement, j’ai noté les quantités.
Pour 6 mini-cakes (ou muffins, ça marche aussi), il te faut:

80g de beurre (salé, inutile de préciser, le reste c’est pas du vrai beurre).
60g de sucre
80g de farine
1/2 sachet de levure
3 oeufs
une vingtaine de carambars
environ 20ml de lait.

Pour commencer, fais fondre à feu très doux tes carambars (dont tu auras préalablement enlevé le papier) dans un peu de lait. Pense à mélanger régulièrement si tu ne veux pas bousiller le fond de ta casserole.

 

Oups, attention à la buée !

Pendant ce temps, mélange le beurre avec le sucre en fouettant vivement puis ajoute les oeufs.

 

Mélange et ajoute la farine et la levure. Remélange bien.

 

Enfin, verse le mélange aux carambars et fouette un dernier coup.

 

Y’a plus qu’à verser dans des moules et à mettre au four pendant environ 20mn à 180° (th 6).

 

Et voualaaaa !!

 

A suivre…

 

Merci !

Juste un petit mot pour vous remercier de vos commentaires. Je n’ai même pas le temps d’ouvrir mon ordi ces derniers jours mais je découvre aujourd’hui pleins de petits mots sympas. J’aimerais pouvoir vous répondre personnellement.
Aux blogueuses, je suis larguée sur vos dernières créations mais j’ai hâte de pouvoir me tenir à nouveau à jour.

A suivre…

Doudou hibou

Et hibou ! Hinhin, tu ne l’as pas vu venir celle-là !
Que veux-tu, je passe des heures à réfléchir pour pondre un titre qui déchire…C’est la rançon du talent !
Aller, j’arrête de m’auto-papouiller et je te présente ma dernière cousette. Gros coup de coeur pour le blog de Mes p’tites cousettes sans prétention qui  propose des tutos en or pour des peluches plus choupis les unes que les autres.
J’ai choisi de faire son Oskar le Hibou que je trouve hachement sympa.
Hop, ça tombe bien, j’ai encore du stock de polaire doudou à épuiser et elle commence par me sortir par les trous de nez.
Parce que vois-tu la polaire doudou, ça tombe bien c’est super doux, mais c’est aussi le Maaaaaal.
C’est une galère à coudre.
D’abord, c’est poilu donc tu ne vois pas où tu couds.
Ensuite, c’est élastique et ça glisse donc tu coupes et tu couds de traviole à tous les coups.
Résultat, mon Oskar a un peu la tronche de travers, mais je te jure c’est pas ma faute !
Et puis je te rappelle que ma machine et moi, on est encore en phase de rodage. Elle a son caractère (qui a dit « comme sa propriétaire » ???).
Mais, j’ai pu tester le point bourdon, ce que je n’avais pas sur mon ancienne machine et j’avoue que j’ai bien apprécié !

Photos !

 

Ouh je suis trop choupi !

Je n’ai utilisé que des chutes de tissu mais ça n’a pas fait descendre mon stock de beaucoup…

A suivre…

☆☆☆ Super G ☆☆☆

Super G est une star. Un Léonardo Di Caprio qui monte, un Brad Pitt en puissance.
En vrai star, il s’est fait attendre jusqu’au bout. Après une entrée remarquée, il a laissé sur le ventre de sa maman un superbe autographe (il est collector celui-là, surtout si je le garde sous blister pendant 20 ans).
Avec déjà plusieurs films et au moins trouze mille photos à son actif, il démarre sa carrière sur les chapeaux de roue. Il gère très bien son image et les paparazzi se bousculent.
Son groupe de fan hystériques grandit de jour en jour. C’est une étoile montante, une carrière est née.

Bref, à une semaine tout pile, Super G, c’est le plus beau et il fait la fierté de ses parents.

 

A suivre…

Gilet bébé Esprit kimono

Et pas qu’un peu, je vais te dire. Bon désolée, je suis à court d’idées de titre en ce moment. Obligée de piocher dans le 5ème élément. Ouuuuuuuh !

Aller on continue avec les fringues pour nains, parce que sur la fin, ça commençe à être long et il faut bien que je m’occupe ! Et toujours ce problème de taille maximale pour les patrons…Franchement, j’ai hâte de me remettre à coudre des choses pour moi !
Brefle, j’ai succombé à un bouquin de patrons pour petits nenfants (alors que je m’étais dit « même pas en rêve, j’achète ça »). Avant, j’avais des principes…
Ben, il est quand même bien sympa ce bouquin.

 

Du coup, j’ai ressorti mes chutes de tissu (recyclage toujours !) et j’ai cousu un petit gilet pour la petite M. en taille 1 an et c’est bon, elle rentre dedans !
Super facile à faire, que du tissu de mon stock, roule ma poule.

Du coup, j’ai voulu en faire un pour ma crevette aussi.

Et là, c’est le drame.
La Pouasse avec un grand P !
Ma machine m’a lâchée la traîtresse ! J’ai tout essayé, démontage, remontage, huilage, bricolage et tout ce que tu veux en -age. Rien à faire. Elle persistait à me faire des points pourris.
Plutôt que de péter les plombs, je mets tout ça de côté. Ma belle-soeur m’a prêté sa machine pour que je puisse finir mes ouvrages en cours. Entre temps, puisque c’était les soldes, je m’en suis achèté une.
Elle est belle, top la classe moumoute avec pleins d’accessoires. Sauf que bonjour les réglages ! J’ai passé je ne sais combien de temps à m’énerver sur les points gondolés, à découdre et recoudre…

Bon finalement, on est en train de se comprendre elle et moi, mais grrrrr !!! Elle a son caractère !
Donc du coup, vous remarquerez quelques coutures bien moches mais troooop la flemme de découdre une Xème fois.
Ça ira mieux la prochaine fois !

 

A suivre…

Ma besace de la Fée Niasse

Il était urgent ces derniers temps que je me fasse un nouveau sac.
Nan, parce que le Made in China, au bout d’un moment, ça finit comme ça:

Oui, je sais, c’est moche et pas très classieux. Il fallait donc agir.

Paradoxalement, je n’aime pas faire les sacs alors que je trouve que le résultat est toujours super gratifiant.
Coudre
un sac, ça représente pleins de petites étapes un peu chiantes (surtout
tracer le patron, pouah) et une couture de précision. Mais en général, ça
en vaut vraiment le coup !
En plus, j’avais depuis un bail le
super tuto de la célèbre besace qui tue de la Fée Niasse. J’en rêvais
depuis longtemps et après m’être mis un gros gros coup de pied aux
fesses, je me suis lancée.
Quelques heures de boulot et de concentration et je suis bien contente de mon nouveau sac !

 

Je me suis rendu la tâche un peu ardos en rajoutant pleins de petits détails perso.
D’abord des poches: à l’intérieur ET à l’extérieur.

 

 

Une
fermeture éclair parce que je suis un peu parano avec les pickpockets.
J’ai dû faire les finitions à la main alors ce n’est pas hyper jojo mais
ça passe.

De la petite déco en appliqué, pour faire joli ^^

 

Bref, j’ai galéré mais je me suis bien éclatée.

Côté
technique, comme fermeture, j’ai choisi de mettre des boutons aimantés.
Pour éviter que le tissu craque à l’usage, j’ai renforcé avec du jean et
du thermocollant. J’ai aussi molletonné le rabat, pour un effet plus kiss-cool.

 

Les plus perspicaces auront reconnu les tissus, des restes de jean de mon dernier sac Boston et j’ai utilisé jusqu’au dernier cm le tissu de La Fiancée du Mékong du cadeau de belle-maman.

Aller, une dernière photo de moi en mode baleine.

 

 

 

Je vais pouvoir bien me la péter à la maternité hinhin (si la crevette se décide un jour) !

Dédicace à Noémie, nous avons eu la même idée en même temps (mais elle a été plus courageuse et rapide que moi ^^ ). Allez voir sa version sur son blog !

A suivre…